La peinture d’une voiture n’est pas seulement une couche esthétique qui s’adapte à nos goûts, c’est aussi la première barrière de défense que possède le corps pour éviter d’être détruit par l’eau, l’humidité ou des agents extérieurs. Lorsque nous changeons la couche de surface, que ce soit à cause de l’usure, de la détérioration ou par simple plaisir, il est nécessaire d’effectuer une série d’étapes pour que tout soit correct.

La question est : combien coûte la peinture d’une voiture ? Bien qu’il n’y ait pas de réponse définie et exacte, nous allons essayer de vous donner quelques notions de ce que cela peut signifier et des mesures à prendre pour rendre votre voiture aussi spectaculaire que si elle était neuve.

Facteurs qui influencent le prix

Après tout, notre voiture est composée de différents panneaux et surfaces de carrosserie : les portes, le capot, les pare-chocs, le toit, les ailes et le coffre sont les principaux éléments qui composent la tôle extérieure de l’ensemble du véhicule. Comme tout dans la vie, plus une tâche est de qualité, de savoir-faire et de difficulté, plus elle coûtera cher. Les principaux facteurs sont les suivants :

Taille de la voiture :

Il est clair que plus la voiture à peindre est petite, moins il faudra de matériaux et moins il faudra de temps de travail à l’expert. Les grosses voitures comme les SUV sont généralement associées aux marques premium du marché : Audi, BMW, Mercedes, Lexus, Porsche… Dans ces marques, les détails de la peinture sont beaucoup plus délicats et donc coûteux. À l’extrémité du luxe se trouvent des marques telles que Ferrari, Rolls-Royce ou Bentley, dans ces cas le budget est limité par la taille du portefeuille du client.

Type de travail :

Toutes les réparations ne nécessitent pas une finition complète de la voiture. Les petits défauts de peinture sont beaucoup moins chers à réparer que de peindre un panneau entier. Les petites rayures peuvent être traitées à la maison et sont parfois éliminées par un simple polissage sans avoir à toucher la peinture.

Zone de peinture :

Comme c’est logique, le budget d’un peintre ne sera pas le même si une petite partie de la voiture va être peinte ou si la voiture va être complètement peinte. Il y a des domaines plus compliqués que d’autres et qui demandent plus de préparation et de temps, ce qui au final finit par rendre la facture finale plus chère.

Type de peinture :

Tout comme si nous essayions de peindre un mur ou un meuble, il existe différents types de finitions et de matériaux pour peindre une voiture. Plus notre peinture automobile nécessite de couches, plus le travail sera coûteux. La peinture métallisée est plus chère que la peinture satinée, il en va de même pour les peintures mates ou irisées qui nécessitent un traitement très spécifique.

Couleur de la peinture :

Bien que cela soit difficile à croire, la couleur de la voiture affecte le prix d’une peinture de voiture. Le noir est une couleur très délicate, car elle met en valeur toutes les imperfections du corps. Le plus facile est le blanc, mais les couleurs plus fortes et plus personnalisées nécessitent plus de couches et sont donc plus chères.

Atelier :

C’est, sans aucun doute, le facteur qui influe le plus sur le prix de la peinture d’une voiture. Les bons peintres coûtent cher, mais en valent la peine à la fois esthétiquement et durablement.

Comment peindre une voiture, étape par étape

Bien que beaucoup de gens ne le croient pas, peindre une voiture n’est pas aussi simple que d’ouvrir un pot de peinture et de l’appliquer avec un pistolet pulvérisateur sur la carrosserie. Le processus est beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraît et nécessite une série d’étapes très précises qui garantissent un travail bien fait :

Préparation :

Tous les travaux de tôlerie et de peinture commencent par la préparation de la carrosserie. Détecter les surfaces à peindre et le degré d’affectation de la peinture est essentiel pour planifier la suite des opérations.

Démontage :

Une fois les défauts à corriger détectés et repérés, il est temps de commencer le démontage des pièces nécessaires. Pare-chocs, phares, poignées de porte, rétroviseurs, moulures… La surface doit être totalement dégagée de tout obstacle pour obtenir le meilleur résultat final.

Ponçage et préparation :

Il est nécessaire d’enlever les couches superficielles de la peinture pour que la nouvelle couche adhère correctement. Selon leur situation et leur taille, ils seront traités avec des outils, baguettes ou mastic dont l’épaisseur ne devra pas dépasser 500 microns.

Lissage et apprêt :

Toutes les surfaces doivent être lisses. Il ne doit pas y avoir de sauts ni d’ondulations. Après avoir réalisé cela, une couche d’apprêt est appliquée qui sert de fixateur.

Deuxième ponçage :

Si un ne suffisait pas, une fois le primaire sec il faut poncer à nouveau pour lisser les dernières imperfections restantes.

Papier peint et nettoyage :

Éliminer toute substance ou particule pouvant gêner le résultat final. Il est essentiel de bien nettoyer la zone à peindre.

Peint et verni :

Si toutes les étapes précédentes ont été réalisées correctement, il ne reste plus qu’à appliquer les couches de peinture et de vernis nécessaires pour obtenir une finition brillante et attrayante.